Excite

le virus Stuxnet s'attaque au nucléaire iranien

En pleine course à l'armement atomique l'Iran voit la centrale nucléaire de Bouchehr être la cible d'un nouveau virus informatique.

Une guerre électronique

Une trentaine d'années après les bombardements israéliens à l'encontre des infrastructures atomiques iraniennes, c'est au tour d'une sournoise cyber-attaque de s'en prendre à la centrale de Bouchehr, véritable pierre angulaire de la recherche atomique militaire iranienne. L'Iran dénonce une guerre électronique à son encontre, et montre du doigt ses ennemis idéologiques qui sont Israël et les USA.

Le virus Stuxnet est à l'origine de cette attaque. Il fut découvert en juin 2010 par une équipe de scientifique biélorusse, ce virus de type cheval de Troie est très développé, son but est de parvenir à prendre le contrôle du système SCADA qui gère la télédétection et la surveillance des données d'un système industriel, en l'occurrence celui-ci est fabriqué par la firme allemande Siemens. Le virus peut ensuite gérer de nombreux paramètres comme l'alimentation en électricité ou bien les différents systèmes automatiques du site industriel.

Stuxnet est-il l'œuvre d'un pays?

Alors simple piratage ou guerre informatique? Difficile de se prononcer à l'heure actuelle tant que l'origine de Stuxnet est inconnue. Cependant près de 60% des attaques de ce virus ciblent l'Iran, ceci pourrait laisser penser qu'il s'agit d'une attaque délibérée contre la république islamique dont le programme atomique inquiète ses voisins notamment Israël. Un autre argument en faveur d'une cyber-attaque organisée par un état, est le coût d'un tel virus est estimé à plusieurs millions d'euros, et il possède en plus une signature Windows volée physiquement en Corée du Nord, une opération qui n'est pas à la portée de n'importe qui.

D'un autre côté si cette attaque était l'œuvre d'un service de renseignement quel serait l'intérêt de prendre le contrôle d'une centrale atomique, alors que l'objectif premier et de réunir le maximum de renseignements, et qu'une attaque réussie est une attaque qui ne laisse pas de trace. Cette théorie paraît donc peu crédible, cependant seul l'avenir nous dira l'origine de cette attaque.

Photo: Gralo (Wikimedia.org)

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017