Excite

Le retour d'Hadopi à l'Assemblée Nationale

L'heure du grand acte II de la tragi-comédie Hadopi a sonné hier à l'Assemblée Nationale. Alors que le 9 avril dernier, l'UMP et Nicolas Sarkozy s'étaient "pris une claque" devant le refus des députés d'entériner ce projet de loi, une nouvelle lecture en a été effectuée ce mercredi.

Un projet de loi qui rend fou

Les réactions fusent de part et d'autres pour ou contre ce projet de loi. Alors que les sanctions tombent pour les députés qui ne siègeraient pas (conséquence directe de l'absentéisme du 9 Avril dernier), un maire d'une commune du Val d'Oise s'est constitué prisonnier au commissariat en signe de protestation contre ce projet Hadopi qu'il juge"absurde".

A l'Assemblée, on s'envoie à plaisir des "tartes à la crème" verbales, les uns rappelant que l'UMP est lui même "le plus grand des pirates" en référence à l'épisode MGMT et les autres revenant sur une déclaration de Carla Bruni Sarkozy, qui prendrait "grand plaisir à être téléportée" (comprenez "piratée").

Hadopi rend donc fou et retourne la France et les français du petit pirate au grand député.

La résistance s'organise

En attendant la fin des débats, on peut se demander ce que sera l'après Hadopi. Les euro-députés ont une nouvelle fois insisté sur le fait que si coupure internet il devait y avoir pour un éventuel "pirate", elle devrait être prononcée par une autorité judiciaire contrairement à ce que propose l'actuel projet de loi français qui mandaterait une autorité administrative. Le sujet sera de nouveau abordé à Strasbourg la semaine prochaine.

D'un autre côté, le célèbre site suédois PiratBay lance Ipredator qui permettrait à des internautes, moyennant un abonnement peu coûteux de pouvoir surfer sur internet et télécharger comme il le souhaite via un réseau privé. Ainsi, impossible pour tout personne étrangère à ce réseau de connaître les faits et gestes de l'internaute abonné.

Lors de la célèbre manifestation du 1er mai, il y aura également un "défilé anti-Hadopi" qui rassemblera des artistes et des politiques de tous bords opposés au projet de loi "création et internet".

Quid de l'Hadopi à l'issue de la séance ?

La gauche a fait feu de tout bois et s est opposée en bloc au passage de cette loi en force comme l'a souhaité Nicolas Sarkozy. En toute fin de séance, François Brottes, député socialiste de l'Isère s'insurge "Vous allez voter l'Hadopire, un avenir culturel pourri d'avance" déclare-t-il. Peu avant il avait également souligné qu"avec cette loi tous les innocents pourront être pris pour des coupables, et les artistes n'auront pas plus de revenus".

Au final, on est finalement peu avancé quand la séance à l'Assemblée Nationale est clôturée vers une heure du matin. Le texte a été suspendu et les débats ne reprendront pas avant lundi 4 mai en milieu d'après-midi et promettent d'ores et déjà encore de belles heures de crêpage de chignon au sein de l'hémicycle.

Si les débats aboutissent d'ici la date fatidique du 5 mai, le projet de loi Hadopi fera alors l'objet d'un vote solennel.

Photo : autopano.net

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017