Excite

La cassette audio a 50 ans

C'est avec un pincement au cœur que l'on se sépare des objets qui ont accompagné le quotidien de l'humanité durant des décennies. C'est le cas de la cassette audio, qu'on a vu se passer de mains en mains, qu'on enregistrait et ré-enregistrait en arrangeant le ruban fragile qui courrait à l'intérieur de cet objet vénéré. La cassette aujourd'hui a 50 ans, l'occasion de lui rendre hommage.

La cassette a été introduite par Philips en août 1963.

Disons-le sincèrement : le son de la cassette n'était pas terrible, mais elle était petite, robuste et facile à enfiler dans un sac. Plus pratique que le vinyle, elle était transportable, elle résistait aux chocs et était enregistrable -les fameuses mixtapes-. On pouvait y stocker aussi bien des sons, que des données et des vidéos.

Elle a permis l'introduction de la musique dans la rue, en mobilité. On se souvient des danseurs de hop-hop, le poste stéréo sur l'épaule, marcher dans les rues de New York ou de San Francisco au rythme d'une musique mise à plein volume.

C'est avec elle aussi qu'est née la piraterie. On s'échangeait les cassettes sous le manteau, on enregistrait les morceaux les plus en vogue, les plus recherchés, on préparait des cassettes ad hoc (des compil') pour des soirées, des amis, des amoureux. La culture musicale passait inévitablement par l'usage de la cassette.

Le vinyle était devenu trop cher dans les années 70. Avec l'apparition de la cassette, la vente de vinyle coula à pic. La cassette vierge eut alors son âge d'or (qui n'avait pas une "K7" vierge dans son sac, prête à l'emploi ?). C'est alors que l'industrie discographique imposa une taxe sur la vente de ces cassettes enregistrables.

Mais pour qui voulait obtenir une meilleure qualité de son, il fallait encore se tourner vers le vinyle ou les cassettes audio originales.

Philips eu l'intuition d'abaisser la vitesse de défilement du ruban à 4.76 centimètres à la seconde, permettant ainsi aux lecteurs -les "magnétos"- de devenir plus simples et moins coûteux. Innovation qui permit à Sony de sortir en 1979 son premier Walkman, ou baladeur cassette pour les francophones.

On connaît la fin de la cassette audio. À partir de 1992, elle dut lentement céder sa place à l'indestructible (??) CD, mais elle fut longue à mourir. Aujourd'hui il n'existe qu'une seule usine à la fabriquer, la National Audio Co. de Springfield.

Certains groupes continuent à l'utiliser comme support, comme Dirty Projectors, Dinosaur Jr. et Deerhunter. Par coquetterie, par snobisme, par marketing, par affection, peu importe. Ces cassettes enferment l'âme des années 80/90, et il est bon que quelques grands nostalgiques pensent à l'entretenir.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2014