Excite

Google Street View: 30 villes françaises

Nous vous en parlions dans notre article d’octobre dernier, Google peut géolocaliser depuis jeudi dernier trente nouvelles villes françaises grâce à son logiciel "Street View".

Le groupe l’a annoncé jeudi 19 mars, après Paris, Lyon, Lille, Toulouse, Marseille et Nice, Google étend la visualisation de Street View aux villes de Nantes, Strasbourg, Montpellier, Rennes, Le Havre, Reims, Saint-Etienne, Toulon, Cannes, Grenoble, Angers, Dijon, Brest, Amiens, Aix-en-Provence, Limoges, Dunkerque, Saint-Malo, Troyes, Châlons-en-Champagne, Calais, Rouen, Caen, Poitiers, Clermont-Ferrand et Valence.

Cette technologie fut lancée en 2007 aux États-Unis, la France fait preuve de très bon élève en couvrant une partie importante de son territoire par ce logiciel interactif. Il permet de se déplacer à 360 degrés dans un centre-ville, idéal pour découvrir un nouveau quartier par exemple.

Objet de controverse sur la vie privée

Les photos que les internautes découvrent sur le net sont reconnaissables, ce qui pose un énorme problème sur la liberté d’utilisation de l’image. Google a donc décidé de flouter les visages.

Malheureusement, les dérives ne se sont pas arrêtées au flou des visages, des photos bien plus gênantes ont dû être retirées d’urgence. Un homme ivre vomit dans un pub londonien, un autre sort d’un peep show, ce sont entre autres les photos qui étaient encore accessibles au Royaume-Uni, mercredi soir sur Street View.

Dès jeudi matin, il n’y avait plus rien à voir. Le groupe américain n’a pu confirmer le nombre exact de photos retirées, mais il y en avait "moins qu’attendu". Google a également précisé que les internautes pouvaient signaler toutes images gênantes, choquantes… et les supprimerait automatiquement.

Street View est disponible en Australie, en Espagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Japon et en Nouvelle-Zélande.

Démonstration de Street View



Photo: tchuntfr, flickr

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2014