Excite

Facebook recule quelque peu sur les vidéos violentes

Facebook ne tolère pas les tétons ou les baisers homosexuels, mais le gore et la violence en général passe toujours mieux que l’érotisme chez Mark Zuckerberg et sa société. Ainsi, le réseau social a réitéré ce triste constat en début de semaine, en levant une interdiction qu'il avait mise en mai aux images de violence explicite. Seule condition: que les commentaires qui les accompagnent visent à les condamner plutôt qu’à les glorifier.

Le tollé a été immédiat, notamment après la réapparition d’une vidéo de décapitation, qui avait déjà créé le scandale sur le réseau social ce printemps et qui avait été censurée une première fois suite à une vague de protestation. En milieu de semaine, le premier ministre britannique David Cameron a même qualifié d’« irresponsable » Facebook, qui justifie son revirement par le principe de libre circulation des images.

Dans la foulée, Facebook supprimait la vidéo choc à l’origine du scandale, reconnaissant que son « contenu glorifiait la violence de manière déplacée et irresponsable » par le biais d’un communiqué.

Le porte-parole du réseau social continue : « Facebook a toujours été une plateforme où les gens viennent partager leurs expériences, particulièrement lorsque celles-ci sont liées à des événements controversés sur le terrain comme des violations des droits de l’homme, des actes de terrorisme ou d’autres actions violentes. Les gens partagent ce genre de vidéos pour les condamner».

Pour tenter de faire passer la pilule Facebook a ajouté des messages d’avertissement pour accompagner les vidéos violentes: « Attention! Le contenu de cette vidéo est extrêmement violent et peut être choquant ». Reste à savoir si ce genre de précaution linguistique a un effet véritable sur les utilisateurs de Facebook, notamment les plus jeunes ou les plus enclins à se rassasier d’images ou de vidéos violentes.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017