Excite

Facebook: critiquer son boss peut coûter cher!

Il faut toujours se méfier des conversations off, sur les réseaux sociaux. Tout peut être divulgué et cela peut aller très loin. Trois salariés d’une entreprise de Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine ont été virés à ce sujet.

L’histoire se passe en décembre 2008, elle fait grand bruit aujourd’hui. Connectés à Facebook depuis leur domicile, trois jeunes gens commencent à parler de leur condition de travail dans leur boîte. La société en question s’appelle Alten et les propos échangés concernent leur hiérarchie et un responsable des ressources humaines.

L’ironie prend rapidement le pas et un salarié écrit sur son mur le 'club des néfastes'. S’estimant mal considéré, il se permet d’en rire, suivis par ses deux compères dans la même situation. En réponse, on peut lire: 'Bienvenue au club'. Jusqu’ici rien de très anormal.

Un ami-ennemi

L’histoire se complique lorsqu’un ami des employés découvre leur conversation. Il a accès à tout, copie-colle l’intégralité du récit et va le montrer à la direction. La traitrise fait son œuvre, Alten accuse les trois amis 'd’incitation à la rébellion' et 'dénigrement de l’entreprise'.

Aujourd’hui, un seul employé a accepté un accord à l’amiable, les deux autres ont porté l’affaire devant les prud’hommes. Celle-ci s’est déroulée hier jeudi, sans prononcer de jugement. La prochaine audience n’a pas été fixée.

Photo: letelegramme.com

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017