Excite

Apple riposte au streaming musical gratuit

  • Getty Images

En juin, Apple devrait lancer un nouveau service de streaming musical (lecture sans téléchargement), qui s'appuiera sur l'offre de Beats Music, rachetée en mai 2014. Contrairement à iTunes Radio, lancé en 2013, il permettra d'écouter des chansons à la demande. Il se placera ainsi en concurrent direct de Spotify. Mais les deux rivaux se distingueront sur un point important: contrairement à la très populaire plate-forme suédoise, Apple ne proposera pas d'offre gratuite.

Apple veut en effet s'attaquer aux offres financées par la publicité, estimant qu'elles ne créent pas assez de valeur. Elles ne suffissent pas à compenser la baisse des téléchargements légaux, dont Apple détient la grande majorité du marché. L'an passé, le nombre de titres achetés sur Internet a reculé de 12% aux Etats-Unis, selon le baromètre annuel Nielsen SoundScan. En revanche, le nombre de chansons écoutées en streaming a bondi de 54%. Et Spotify compte désormais 60 millions d'utilisateurs, dont seulement 15 millions payants.

Cette évolution ne satisfait également pas les maisons de disques, qui continuent de subir une érosion de leur chiffre d'affaires. «La publicité ne peut pas soutenir l'ensemble de l'écosystème. Il faut accélérer la transition vers le modèle payant», explique ainsi Lucian Grande, patron d'Universal Music Group. Des responsables de Sony et de Warner, les deux autres majors de l'industrie ont également exprimé la même volonté. En novembre, la chanteuse américaine Taylor Swift avait même décidé de retirer toutes ses chansons de Spotify, protestant contre la faible rémunération des artistes.

Pour Apple, cette révolte des maisons de disques représente une opportunité. En ne proposant pas d'offre gratuite, la société espère imposer une nouvelle norme, aux dépens du modèle «freemium» popularisé par Spotify. Si elle parvient à créer une alternative crédible, le service suédois se retrouverait en position délicate lors des renégociations avec les labels, qui pourraient alors réclamer des changements. Notamment la mise en place d'un nombre maximal de chansons pouvant être écoutées par les utilisateurs gratuits. Un tel scénario serait favorable aux options payantes, et donc à Apple.

L'équation est cependant délicate: de nombreuses personnes, notamment chez les plus jeunes, ont pris l'habitude de ne pas payer pour écouter de la musique. Ils utilisent Spotify, Deezer et autres services similaires. Ils se rendent aussi sur YouTube. Mais ils ne sont peut-être pas prêts à souscrire à un abonnement. De potentielles exclusivités accordées au service d'Apple devraient ainsi se traduire par une augmentation des téléchargements illégaux, qui ne rapportent rien aux artistes.

Pour remédier à ce problème, la société américaine chercherait à baisser le prix de son offre. Beats Music, dont le nom sera certainement modifié, est pour le moment proposé à 10 dollars. Un tarif également pratiqué par la concurrence. Apple aimerait fixer son abonnement à 8 dollars par mois.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017