Excite

AccountKiller, nouveauté digitale

Il est plus facile d'ouvrir un compte sur la Toile que de le supprimer. Facebook, Twitter, Google+, Instagram, Pinterest, LinkedIn, Skype, Flickr, Spotify, WhatsApp, sans compter les messageries itinérantes: les comptes s'accumulent, certains les consultent, d'autres les abandonnent mais les données restent. Les procédures de démission ne garantissent généralement pas l'effacement total des données personnelles sur Internet : comment, dès lors, se reconstruire une « virginité virtuelle » ?

L'internaute lassé d'étendre sa vie privée sur la Toile, peiné de voir ses paramètres de confidentialité systématiquement bafoués et désireux de disparaître de la circulation (virtuelle) peut désormais recourir aux services d'AccountKiller. Présent depuis quelque temps sur le web, l'assistant AccountKiller a senti l'émergence d'une offre peut-être appelée à s'étendre davantage dans un futur proche: la volonté de disparaître de la Toile. Purement et simplement.

Classés par case de couleurs (bleue, grise ou noire), les services s'affichent sur l'interface avec un lien direct vers l'option adéquate. Or, ce droit à « l'oubli numérique » ne s'avère pas toujours réalisable, aussi incroyable que cela puisse paraître.

Pour Skype, par exemple, marqué d'une case noire sur l'interface d'AccountKiller, n'offre pas la possibilité à ses utilisateurs de supprimer leur compte mais se contente d'autoriser ceux-ci à effacer les données personnelles de leur profil.

« Drapeau gris » signifie compliqué sur l'échelle AccountKiller, Spotify semble bien déterminée à compliquer la démarche, même si elle ne l'interdit pas totalement. Le site indique à l'utilisateur l'adresse Spotify à contacter pour supprimer le compte mais prévient que la société ne répond pas souvent à ces requêtes.

Enfin, bleu signifie facile. La plupart des sites renseignés guident l'utilisateur vers le lien recherché, à savoir celui qui lui permettra de désactiver le compte souhaité.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017